Logo du portail Kultura Paryska 19 novembre 2017

Institut Littéraire

L’Institut Littéraire est une maison d’édition fondée et dirigée par Jerzy Giedroyc durant les années 1946-2000. Après sa mort, l’IL fut dirigé par Zofia Hertz (2000-2003). Ensuite, après le décès de celle-ci, c’est Henryk Giedroyc qui reprit les rênes de l’institution (jusqu’à sa propre mort en 2010).
L’IL, c’est avant tout l’éditeur du mensuel Kultura (637 numéros parus), du trimestriel « Les cahiers littéraires » « Zeszyty Historyczne » (171 numéros parus) et d’un nombre considérable de livres. Durant les années 1946-47, 26 ouvrages sont parus, neuf à Paris entre 1947-52, et à partir de janvier 1953, dans le cadre de la Bibliothèque de « Kultura », 378 ouvrages ont vu le jour (sans compter les « Cahiers historiques »).
L’Institut Littéraire a été créé à Rome auprès du 2 Corps d’Armée Polonais au début de 1946. Grâce à un emprunt réalisé sur les fonds du 2 Corps, l’IL a pu acheter une imprimerie, et la maison d’édition a été enregistrée sous le nom de Casa Editrice Lettere.


Une parole libre, c’est-à-dire l’indépendance

En raison de la fin de guerre défavorable à la Pologne, qui avait débouché sur une perte de souveraineté, Giedroyc décida d’entreprendre en exil une activité culturelle et politique, ne répondant pas à des visées à court terme, mais ayant pour objectif de former les attitudes des Polonais au pays et au sein de l’émigration. Le défaitisme des Alliés occidentaux par rapport à l’URSS, mais aussi l’impuissance et les hésitations de l’opinion publique occidentale par rapport au communisme ont fait prendre conscience à Giedroyc que toute activité indépendantiste des Polonais doit être autonome et appuyée sur des principes organisationnels solides.
Giedroyc, dès le début, considérait la maison d’édition comme une institution à visée culturelle. Il partait du principe, en effet, qu’une parole libre est la condition nécessaire au recouvrement de l’indépendance. En plus des ouvrages littéraires, il voulait publier des œuvres axées sur des problématiques politiques et sociales. Dans une esquisse de la présentation du programme éditorial de 1946, il écrivait que «  apprivoiser les lecteurs avec les acquis et le développement de ce domaine de réflexion […] devrait les pousser à s’engager dans un processus de pensée menant à une organisation de la vie polonaise selon les principes de l’égalité politique, de la justice sociale et du respect des droits et de la dignité de l’homme. Le temps est proche au cours duquel les ouvrages relevant de ce domaine proposés par l’Institut Littéraire vont constituer le bagage intellectuel non seulement de tout dirigeant politique et social mais aussi de chaque Polonais contemporain cultivé ».


Le pèlerinage vers la liberté

Un des premiers volumes furent Les livres de la nation et des pèlerins polonais précédés d’une préface de Gustaw-Herling Grudzinski où étaient présentés les principes directeurs renouvelant l’idée mickiewiczienne du « pèlerinage vers la liberté ». En plus des ouvrages d’une grande valeur artistique tels que Le journal de voyage en Autriche et en Allemagne de Jerzy Stempowski ou le Portrait de Kant et trois essais sur la guerre de Boleslaw Micinski, en plus de l’anthologie des nouvelles de guerre Sous les yeux des écrivains, l’IL publiait des œuvres littéraires destinées au grand public, en particulier la trilogie de Sergiusz Piasecki : La petite pomme, Je m’en vais regarder par la fenêtre, Nul ne va nous accorder le salut. Une partie importante de ce travail concernait la réédition des œuvres de Sienkiewicz, Reymont, Sierosiewski, Strug, Kaden-Bandrowski. L’IL publiait également des traductions. Les ouvrages de la période romaine possèdent déjà la couverture caractéristique de l’IL, conçue par Stanislaw Gliwa. A Rome, l’IL publiait et imprimait également des ouvrages commandés. En juin 1947, fut publié le premier numéro de « Kultura », prévu pour être un trimestriel, signé par Jerzy Giedroyc et Herling-Grudzinski. Le retour à la vie civile des soldats du 2e Corps d’Armée polonais, la concurrence grandissante des imprimeries italiennes, l’éloignement de Rome par rapport aux principaux foyers de l’émigration, et surtout les possibilités insuffisantes de communication avec le pays, ont poussé Giedroyc à vendre l’imprimerie et à transférer le siège de l’IL, en juillet 1947, à Paris. Les emprunts contractés furent tous remboursés ; l’Institut gagna son autonomie financière par rapport à l’armée, et, sitôt achevée la démobilisation, au printemps 1948, également d’un point de vue organisationnel.


En France : l’obtention de la stabilité

En France, l’IL installa son siège à Maisons-Laffitte au sud de Paris (après un première halte rue Corneille). A cette époque, la composition de la Rédaction se stabilisa. A part Giedroyc, on y trouvait : Zofia Hertz, Zygmunt Hertz et Joseph Czapski. En 1952, Henryk Giedroyc rejoignit l’équipe. Le capital circulant dont disposait l’IL après la vente de l’imprimerie à Rome et le déménagement à Paris, n’était pas très élevé et permettait seulement de publier « Kultura », qui fut transformée en mensuel. Un double numéro parut à l’automne 1947.  
Jusqu’en 1953, les ouvrages étaient publiés de façon sporadique. Le nombre croissant d’abonnés fit qu’au bout de quelques années la revue était devenue rentable. Les profits permirent d’initier à nouveau la publication d’ouvrages. Le premier volume paru au sein de la Bibliothèque de « Kultura »fut un ouvrage de Witold Gombrowicz comprenant à la fois le roman Trans-Atlantique et la pièce Le Mariage. Au cours de la même année, parut également La pensée captive de Czeslaw Milosz. Depuis cette époque, les deux écrivains publièrent à l’IL tous leurs ouvrages.
Aux côtés d’écrivains dont la renommée était déjà assurée Giedroyc entreprend systématiquement de publier, à partir de 1954, des débutants (Marian Pankowski, Leo Lipski, Andrzej Chciuk). Il réédite le roman de Stanisław Rembek Sur le champ de bataille (en 1958) et développe diverses formes de collaboration avec des écrivains résidant au pays. En parallèle, paraissent des ouvrages politiques, sociologiques et de philosophie d’auteurs tels que James Burnham, Raymond Aron, Jeanne Hersch, Aleksander Hertz, Daniel Bell, Milovan Dżilas, Simone Weil, Albert Camus, Wiktor Sukiennicki.
Dès le départ, Giedroyc élabore sa politique éditoriale de façon à élargir les horizons des débats en Pologne et de fournir de nouveaux arguments et principes.
La diffusion des publications de l’IL en Pologne était interdite par la loi, c’est pourquoi on s’efforça d’adapter celles-ci aux conditions du transport clandestin : par exemple 1984 de Georges Orwell sortit sous une couverture reproduisant une affiche soviétique, La prise du pouvoir de Milosz sous le titre La libération d’un certain Zygmunt Kornaga publié par « L’Association des Bâtisseurs de la Pologne Populaire » baptisée pour l’occasion du nom de Wanda Wasilewska. Les textes les plus importants de Kultura et des « Cahiers historiques » [„Zeszyty Historyczne”] furent également imprimés sous forme de tirés à part (près d’une centaine de titres). De même que les ouvrages, ils sont envoyés en Pologne en plusieurs centaines d’exemplaires par mois à des adresses de personnes sélectionnées. Durant les années 1980, 15 ouvrages de l’IL furent réédités sous forme miniaturisée sur du papier bible, de même que 30 numéros des « Cahiers historiques » et 11 numéros de Kultura .

[/SC]
Le nouveau siège

En 1954, l’IL dut quitter la maison louée jusque-là. Grâce à l’aide d’amis et à une collecte d’argent réalisée parmi les lecteurs, il devint possible d’élire domicile dans un nouveau siège, acheté celui-ci, et situé au 91, avenue de Poissy à Maisons-Lafitte. Grâce au soutien généreux des lecteurs, la nouvelle maison fut intégralement payée au bout de deux ans. Les dons qui affluaient de manière constante permirent de créer une Fonds « Kultura ». L’argent collecté ne fut affecté qu’à l’aide des Polonais du pays et à ceux de l’émigration. « Jeter des ponts entre les Polonais qui vivent, créent et travaillent au pays et nous-mêmes, qui avons choisi volontairement le chemin de l’émigration politique, ce n’est là qu’une affaire de tact, de bon sens et d’un partage équitable des rôles », pouvons-nous lire dans la déclaration de l’équipe de « Kultura » datant de l’année 1947.
Le savoir sur ce qui se passait au pays à l’époque du stalinisme fut collecté et mis en ordre dans cinq volumes d’études thématiques paraissant durant les années 1952-53 sous l’intitulé « Cahiers de « Kultura » consacrés aux pays ».
Après 1956, des écrivains installés au pays nouèrent le contact avec l’IL, parmi lesquels Stefan Kisielewski, Witold Jedlicki, Artur Maria Swinarski, Andrzej Stawar. De même, trouvaient un refuge au siège de l’IL ainsi qu’un endroit où se loger des écrivains venus du pays (Miłosz, Hłasko, Stawar). C’est également ici que publièrentleurs premiers ouvrages en exil (en plus de ceux déjà évoqués) des auteurs tels que Henryk Grynberg, Piotr Guzy, Leszek Kołakowski, Włodzimierz Odojewski, Leopold Tyrmand et d’autres).


Inédits, rééditions et débuts

Giedroyc publie aussi bien des ouvrages d’auteurs confirmés (parmi lesquels Jerzy Stempowski, Stanisław Vincenz, Kazimierz Wierzyński, Józef Wittlin) que de débutants (Halszka Guilley-Chmielowska, Leo Lipski, Zygmunt Haupt). Le Rédacteur accorde beaucoup d’importance à l’histoire et à la culture des nations d’Europe orientale, en particulier de l’Ukraine. En ukrainien fut publiée une anthologie de la littérature  ukrainienne couvrant la période 1917-1933 avec une présentation de Jury Lawrynenko intitulée La renaissance fusillée [«Rozstriliane widrodzennia »] mais aussi les ouvrages : Ukraine 1956-1969 d’Iwan Koszeliwiec, La Politique des nationalités de l’URSS de Borys Lewicki. L’anniversaire de la signature de l’Union de Hadiach, passé sous silence en URSS et dans la Pologne communiste, fut commémoré par l’IL grâce à la publication de l’ouvrage de Stanislaw Kot intitulé Jerzy Niemiricz. A l’occasion du tricentenaire de l’Union de Hadiacz (1960).
En 1987, paraît une traduction de l’ouvrage de Daniel Beauvois Les Polonais en Ukraine 1831-1864. La révolution hongroise fait l’objet de l’anthologie de traductions intitulée Les Hongrois (1960). En 1966, est publié le volume Le dialogue germano-polonais à la lumière des documents ecclésiastiques. La collaboration secrète avec Andrei Siniavski et Julii Daniel eut pour conséquence la publication de plusieurs ouvrages qui frayèrent à leurs auteurs une voie vers les éditeurs du monde entier. Parmi les auteurs russes traduits il convient de signaler : Svietlana Allilujewa, Andreï Amalrik, Boris Pasternak, Andreï Sakharov et Alexandre Soljenitsyne. Paraissent également des anthologies de nouvelles russes, des documents (Contre l’esclavage. La voix de la Russie libre, 1973). Le Docteur Jivago de Pasternak connut deux rééditions ainsi qu’un tirage, exceptionnel du point de vue de l’exil, de 12500 exemplaires. L’IL publie également des traductions en langues étrangères (Les cimetières de Hlasko en tchèque et Aleksieïa Remizova en russe tandis que La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen paraît dans les langues d’Europe orientale). En outre, parurent des numéros spéciaux de « Kultura » en langue russe, tchèque, slovaque et allemande.


Les écrivains du pays

Dans les années 1970, à l’IL paraissent les premières éditions d’ouvrages d’écrivains installés au pays. C’est Stefan Kisielewski qui fraie la voie, lequel, en 1967, sous le pseudonyme de Tomasz Staliński, commence à publier ses ouvrages chez Giedroyc. Un an après, Jerzy Andrzejewski en son nom propre fait paraître L’appel en justice. Ensuite parurent les ouvrages de : Kazimierz Orłos, Bogdan Madeja i Wiktor Woroszylski (en prose), Kazimierz Brandys (essais), Jacek Bierezin (poésie), Stanisław Barańczak (poésie, essais et critique littéraire), Ryszard Krynicki (poésie), Władysław Bieńkowski, Adam Michnik, Jacek Kuron, Jakub Karpiński (feuilletons politiques), Janusz Szpotański (satire). Dans les années 1980 fit paraître plusieurs volumes de ses nouvelles Marek Nowakowski.


L’offre éditoriale, c’est-à-dire…tout

Les publications de l’IL englobent tous les genres et types littéraires : la poésie (représentée entre autres par Zbigniew Herbert, Czesław Miłosz, Kazimierz Wierzyński, Adam Zagajewski), le roman (ente autres : Witold Gombrowicz, Józef Mackiewicz, Czesław Miłosz, Teodor Parnicki, Jarosław Marek Rymkiewicz, Zofia Romanowiczowa, Czesław Straszewicz, Leopold Tyrmand ; en traduction, on relevera les ouvrages d’auteurs tels que Graham Green, Arthur Koestler, George Orwell, Alexandre Soljenitsyne), le théâtre (Ryszard Bugajski – pour le scénario de films au cinéma, Witold Gombrowicz, Sławomir Mrożek, Artur Maria Swinarski), le reportage (Jerzy Działak – auteur de l’anthologie des reportages sur le pays : Connais-tu ce pays ? La Pologne de Solidarité, Józef Kuśmierek, Jacek Trznadel). Le genre de l’essai est très abondamment représenté depuis L’Europe familiale de Milosz, L’œil de Czapski, Les essais pour Cassandre de Stempowski, L’Orphée du XXe siècle de Wittlin, Du côté de la mémoire de Vincenz jusqu’aux Spectres de la révolution de Herling-Grudzinski, Les concours de circonstances de Jelenski ainsi que les ouvrages de Jozef Lipski, Jaroslaw Marek Rymkiewicz.
Parmi les ouvrages qui incarnent le journal on relevera tout particulièrement : Le Journal de Gombrowicz, En guerre et en paix de Bobkowski, De Berdytchev jusqu’à Rome de Stempowski, Le Journal écrit la nuit de Herling-Grudzinski, L’année du chasseur de Milosz, Les ombres américaines de Wojciech Karpinski.
Giedroyc publie également les ouvrages scientifiques d’auteurs tels que Daniel Beauvois, Michał Heller, Wacław Lednicki, Stanisław Kot, Piotr Wandycz i Leszek Kołakowski.

On trouve également des volumes dédiés à la critique littéraire (Maria Danilewicz Zielińska, Wojciech Skalmowski). Dans le cadre de la bibliothèque de « Kultura » paraissent les séries « Documents » [„Dokumenty"]  et « Les Archives de la Révolution » [„Archiwum Rewolucji"]. Dans les années 1980, Giedroyc fait paraître des recueils consacrés à la réflexion politique venus de Pologne (Wojciech Giełżyński, Zdzisław Najder, Adam Michnik, Roman Zimand ps. Leopolita).


Tendre une main secourable aux éditions indépendantes

Les publications de l’IL constituèrent la source la plus importante de rééditions et de réimpressions à l’usage de la presse et des maisons d’édition indépendants.  La bibliographie des rééditions pour le pays couvrant les années 1977-1990 compte 1073 volumes. l’IL transférait des sommes importantes à partir de ses fonds propres et de l’argent collecté ; ainsi, il transférait des sommes importantes à l’édition clandestine en Pologne. Giedroyc envoyait également au pays des milliers d’ouvrages et de revues publiés à l’Ouest ainsi que du matériel polygraphique.
La valeur artistique, historique et scientifique des ouvrages publiés par l’IL, l’amplitude et la diversité thématique et générique, de même que l’indépendance par rapport à la censure et toute forme de pression politique, conduisent à juger l’IL comme ayant été la plus importante  maison d’édition polonaise de la seconde moitié du XXe siècle.


Texte élaboré à partir de l’article d’Andrzej Stanisław Kowalczyk tiré du Dictionnaire de la culture polonaise par delà les frontières du pays, depuis 1939, éd. TN KUL Lublin 2000.

RETOUR VERS LE HAUT DE LA PAGE »