Logo du portail Kultura Paryska 15 décembre 2017
A-Z
Gustaw Herling-Grudziński
Biographie
Ecrivain, Poète, Editorialiste né le 20 mai 1919 à Kielce mort le 4 juillet 2000 à Naples
Pseudonymes : Gustaw Herling-Grudziński, G.H.G., Wiśniewski, G. H.
Écrivain et éditorialiste. L'un des collaborateurs les plus proches de Jerzy Giedroyc. Il passe son enfance et sa jeunesse dans la propriété de ses parents à Suchedniów, puis à Kielce, où il passe le bac au Lycée Mikołaj Rey.
En 1937, à l'Université de Varsovie, il entame des études de philologie polonaise que la guerre interrompt en 1939. La série de reportages publiés, en 1935, dans la revue Kuźnia Młodych (La Forge des Jeunes) marque ses débuts littéraires. Jusqu'à 1939 il collaborera à de nombreux journaux et revues littéraires polonais, parmi lesquels Ateneum (Athénée), Pióro (La Plume), et sera rédacteur des pages littérature de Przemiany (Transformations) et du journal Orka na Ugorze (Labeur des terres arides).
 
La guerre et la déportation
Après la défaite de septembre 1939, Herling-Grudziński participe à la fondation d'un groupe de résistance PLAN, l'un des premiers de Varsovie occupée par les Allemands. En novembre de la même année il est envoyé par la résistance en Occident. Pour rejoindre d'abord la Lituanie, il doit passer par les territoires occupés par les soviétiques, mais il est arrêté par la NKWD. Accusé d'espionnage, il est condamné à cinq ans de camp. Il décrira sa vie dans le camp de Yertsevo près d'Arkhangelsk, dans l'un des plus importants témoignages de la littérature des camps du Goulag, Inny świat, Londres 1951 (Un monde à part, Edition en français, Denoël, Paris 1985; Folio, 1995).
Après la signature des accords Sikorski-Maïski en 1941, il est libéré, et peut rejoindre l'Armée Polonaise en formation sur le territoire soviétique. En 1942, avec cette armée, il passe en Iran, puis en Palestine. En 1943, il y rencontre Jerzy Giedroyc et Joseph Czapski et devient leur ami.
Comme soldat du deuxième Corps Polonais du général Anders, il fait la campagne d'Italie, participe à la bataille du Mont Cassin, est décoré de l'ordre Virtuti Militari - la plus haute distinction militaire polonaise.
 

Londres, Munich, Naples
Après la guerre, il vit à Rome et dirige les pages littéraires de l'hebdomadaire Orzeł Biały (Aigle blanc).
Herling publie dans la presse militaire polonaise: Kurier Polski (Courrier Polonais), W drodze (En chemin) ou encore Dziennik Polski APW (Journal Polonais de l’Armée polonaise de l’Est). En 1945 paraît un recueil de ses textes intitulé Żywi i umarli (Les Vivants et les morts), préfacé par Joseph Czapski.
Après la dissolution de l’Armée Polonaise de l’ouest, il vit, entre 1948 et 1952, à Londres avec sa femme, la peintre Krystyna Domańska. Après la mort de sa femme, il part à Munich pour y travailler à Radio Free Europe où il dirige le service culturel. En 1955 il quitte Munich et s’installe à Naples. Il se marie avec Lidia Croce, la fille du célèbre philosophe italien Benedetto Croce. Il publie alors dans l’hebdomadaire polonais de Londres Wiadomości (Les Nouvelles), et dans les journaux et revues italiens, entre autres dans Tempo Presente, Il Corriere della Sera, Il Giornale, l’Espresso.
Ses œuvres sont interdites en Pologne jusqu’en 1988. Elles sont néanmoins publiées par des éditions clandestines, «le second circuit éditorial».
Certains livres de Herling-Grudziński sont traduits en anglais, français, allemand, italien, russe et dans bien d’autres langues.
 

Des séparations, des retours
Herling est lié à l’Institut Littéraire dès sa création et fait partie des auteurs les plus importants de Kultura. Dans la revue il publie des essais, des nouvelles, des articles sur la littérature occidentale et la littérature du bloc de l’est, des commentaires politiques, des critiques littéraires, et des traductions.
Dans la période dite « romaine », entre 1946 et 1947, il est directeur littéraire de la Casa Edittrice «Lettere». Herling est co-fondateur de Kultura et co-rédacteur du premier numéro publié à Rome en juin 1947. En 1956, l’Institut Littéraire redevient le lieu principal de son activité professionnelle au sein de l’émigration polonaise. En 1966 il devient le correspondant permanent de Kultura en Italie; entre 1974 et 1992 il est membre de la rédaction du mensuel de l’émigration russe Kontinient (Continent).
En juin 1971 Kultura commence la publication de son journal, intitulé Dziennik pisany nocą (Journal écrit la nuit – édition française chez Gallimard en 1989) - publication que Kultura arrêtera en 1996. Le journal de Varsovie Rzeczpospolita (La République) en prendra  la suite jusqu’à la mort de l’écrivain en l’an 2000. En 1996 Herling-Grudziński rompt définitivement avec Kultura.
 

Prix littéraires : 
1958 Prix littéraire de Kultura
1964 Prix de la Fondation Jurzykowski à New York
1965 Prix Helena Nagler, attribué par l’Union des écrivains polonais en exil à Londres.
1966 Prix de la Fondation Kościelski à Genève
1980 Prix de l’hebdomadaire littéraire Wiadomości (Les Nouvelles) à Londres.
1985 Prix du PEN club français.
1990 Prix du PEN club polonais Jan Parandowski
1994 Premio Vareggio Internationale, en Italie
1996 Premio Vittorini
1998 Ordre de l’Aigle Blanc, la plus haute distinction polonaise.
RETOUR VERS LE HAUT DE LA PAGE »