Logo du portail Kultura Paryska 27 avril 2017
A-Z
Konstanty Aleksander Jeleński
Biographie
Editorialiste né le 2 janvier 1922 à Varsovie mort le 4 mai 1987 à Paris
Pseudonymes : (a.n.), A.N, J.K.A., (J), (j), KAJ, K.A.J., k.a.j., (n), K. A. Jelenski

Essayiste, critique littéraire, critique d'art, traducteur. Il passe son enfance dans différentes représentations diplomatiques polonaises où son père est nommé : à Madrid, Bucarest, Vienne, Königsberg, Munich.




La Guerre
Pendant la deuxième guerre mondiale il rejoint l'armée polonaise en France, puis en Angleterre. En même temps il fait des études d'économie, de sciences politiques et d'histoire à Oxford. En 1944 il prend part aux combats en Normandie, en Belgique et en Hollande au sein de la Première Division Blindée Polonaise du général Maczek. Jeleński fait partie de la rédaction du journal Dziennik Żołnierza Pierwszej Brygady Pancernej (Le journal du combattant de la Première Division Blindée). Après la guerre il choisit l'exil. Il travaille à l'Organisation Internationale pour les Réfugiés (IRO) à Naples, et à L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à Rome.


A Paris
En 1951 Constantin Jeleński se lie à Leonor Fini - peintre argentine d'origine italienne; le couple s'installe à Paris. Dans les années 1952-1973 il travaille au secrétariat international du Congrès pour la liberté de la culture. Membre de la rédaction de la revue Preuves entre 1953 et 1969. En 1955 il est co-fondateur du Comité européen des écrivains et des éditeurs pour une entraide, devenu par la suite Fondation pour une entraide intellectuelle européenne. Entre 1973 et 1976 il est directeur administratif du Centre Royaumont pour une Science de l'Homme, il est également chargé de mission à l'Institut National de l'Audiovisuel (INA). Il écrit en plusieurs langues, publie dans la presse française (Preuves, Le Monde, La Quinzaine Littéraire, Les Lettres Nouvelles), anglaise, américaine, allemande. 




A Kultura


Depuis 1950 Jeleński fait partie des proches collaborateurs de Jerzy Giedroyc. Son travail au Congrès pour la liberté de la culture, et ses relations en Occident, ont énormément facilité la propagation, par l’Institut Littéraire, de la  littérature polonaise, notamment celle de Czesław Miłosz et Witold Gombrowicz  dont il est le premier traducteur en français. Entre 1954 et 1967 il est membre du jury du Prix Kultura; entre 1953 et 1955 il tient dans le mensuel des rubriques régulières : Revue des revues et Notes éditoriales. Il y publie aussi ses essais et ses analyses des littératures contemporaines, polonaise et française, ainsi que des textes consacrés à la peinture.
Jeleński analyse la fascination du communisme en Occident chez les intellectuels de gauche, leur refus obstiné d’admettre l’existence des camps du Goulag, des procès de Moscou, ou encore de la révolte des ouvriers à Berlin Est. 
Il intervient dans les débats politiques, soutient les signataires de la Lettre des 34, condamne l’antisémitisme du pouvoir communiste en Pologne et l’écrasement de la révolte étudiante en 1968.
Il reçoit les Prix suivants : 1964, Prix de la Fondation Kościelski à Genève; 1965, Prix de la Fondation A. Jurzykowski à New York; en 1981, le Prix du PEN club polonais et le Prix Littéraire Kultura.
 

Constantin Jeleński en français:
Anthologie de la poésie polonaise, Paris, Seuil, 1965
Leonor Fini, Clairefontaine, Lausanne, 1968
Leonor Fini, Peinture, Mermoud - Vilo Paris – Clairefontaine, 1980
Leonor Fini: rétrospective, Galerie Dionne, 1997
Les Dessins de Hans Bellmer,  Denoël, 1966
Stanislao Lepri, Dessins, Éditions des Maîtres du XXe siècle, Paris, 1981 
Constantin Jelenski sur Gombrowicz dans le livre de Rita Gombrowicz Gombrowicz en Europe (1963-1969), éd. Denoël, Paris, 1988
Kultura, La Pologne en exil, Le Débat 1981/2 (n° 9)
Avec Dominique de Roux, le Cahier de l’Herne n° 14 consacré à Gombrowicz, éd. De l’Herne, Paris, 1971


Traductions en français :
  Witold Gombrowicz, Yvonne, Princesse de Bourgogne, in Théâtre, traduit du polonais par Constantin Jelenski et Geneviève Serreau, Paris, Julliard, coll. Les Lettres Nouvelles, 1965
Witold Gombrowicz Le Mariage, in Théâtre, traduit du polonais par Constantin Jelenski et Geneviève Serreau, Paris, Julliard, coll. Les Lettres Nouvelles, 1965
Witold Gombrowicz, Opérette, traduit du polonais par Constantin Jelenski et Geneviève Serreau, Paris, Denoël, coll. Les Lettres Nouvelles, 1969
Witold Gombrowicz, Trans-Atlantique, traduit du polonais par Constantin Jelenski et Geneviève Serreau, préface de Constantin Jelenski, Paris, Denoël, coll. Les Lettres Nouvelles, 1976
Czesław Miłosz Poèmes, 1934-1982, Luneau Ascot, 1984
 

Sur Jeleński en français :
Witold Gombrowicz Journal 1953-1956, Paris, Julliard 1976
http://www.gombrowicz.net/Constantin-Kot-Jele-ski.html
Gustaw Herling-Grudziński, Journal écrit la nuit, Gallimard, 1989.
Pierre Grémion, In memoriam Constantin Jelenski 1922-1987, Commentaire,  37-40 Julliard, 1987.
http://www.commentaire.fr/pdf/articles-bakup/1987-3-039/1987-3-039_5p_0188_art1.pdf
Pierre Grémion, Intelligence de l’anticommunisme. Le Congrès pour la liberté de la culture à Paris, Paris, Fayard, 1995
Wojciech Karpiński, Ces livres du grand chemin, Editions Noir sur Blanc, Montrichet, 1992

RETOUR VERS LE HAUT DE LA PAGE »