Logo du portail Kultura Paryska 18 novembre 2017
A-Z
Ryszard Krynicki
"Quelques poèmes très courts"

Il y a des paroles

Il y a des paroles qui, gonflant dans la bouche
n'ont soif que de notre sang


Silence

Silence, chut, ips
le censeur est en train d'écrire 
sur la liberté de parole


Il y a

Il y a des guerres mondiales non dévoilées
des pneumonies et infarctus sans symptômes

 publiés dans Kultura n°366, 3/1978


A l'intérieur

Regarde, le vitrail brille de son vrai éclat
uniquement
à l'intérieur de l'église.


Le monde préfère

Le monde préfère les  infirmités les plus simples:
la  mécréance, le manque d'âme, le manque de cœur.


Soudain

Ma jeune fille, ma grande enseignante
qui pardonne généreusement mes fautes,
car elle sait déjà que même l'orthographe change,
m'appelle, triomphale, de sa chambre : les mantes religieuses dévorent leurs mâles uniquement en captivité humaine.


Tu es monté haut

Tu es monté haut, mon petit escargot
sur la plus haute feuille du sureau !
Mais souviens-toi : on est déjà fin septembre

publiés dans Kultura n°386, 11/1979



Je ne peux pas t'aider

Pauvre papillon de nuit, je ne peux pas t’aider,
je ne peux qu'éteindre la lumière.


En disant

En disant : comment pourrais-je militer
pour les droits de l'homme
j'ai femme et enfants?
Tu te condamnes toi-même à une peine
Que même les tortionnaires ne connaissent pas encore


Échelle de malheur

Il y a plusieurs échelles de malheur,
certaines ne commencent
qu'en dessous de zéro


Lutte des classes

Ce polar, je n'ai pas l'intention de le
lire jusqu'au bout.
Qu'est-ce que j'en ai à faire
de savoir qui me tuera.

Nombreux

Nombreux sont ceux tués
pour le bien des autres.


Vertige
 
Le pouvoir souffre de phobie des hauteurs :
il craint de descendre sur terre.


Même si

Même si vous anéantissez
tous nos témoignages
les veines muettes des arbres diront
à quelle époque nous vivons.


publiés dans Kultura n°387, 12/1979


Purgatorium

La nuit, dans le train vide. Je ne désire rien
je ne crains personne. Au loin, petites flammes
du purgatoire: de ma ville.


Comment écrire ?

Comment écrire pour qu'un affamé
pense que c'est du pain?

Il faut nourrir l’affamé,
écrire pour que la faim
ne soit pas gâchée.


***

Je ne sais pas si j'ai le droit
de parler ou de me taire
Je prie. Sans paroles. Lui, Il
Sait
/83


Victoire

A nouveau nous lisons des poèmes
du temps de notre l'exil, de la maison d'esclaves.
Voilà comment elle est, cette victoire d'outre-tombe.

Publié dans Kultura n°456 9/1985

RETOUR VERS LE HAUT DE LA PAGE »